La singularité des montres mono-aiguille

Il y a quelque chose de particulièrement fascinant dans la contemplation des montres mono-aiguille. Ces objets semblent être une excentrique singularité horlogère, mais représentent pourtant la manière la plus ancestrale et simple de lire l’heure. Car bien avant l’ère des montres, l’homme avait ce même besoin de pouvoir se repérer dans le temps afin d’organiser son existence. Heureusement, il bénéficiait d’un complice de taille dans cette tâche : sa créativité.

Le premier cadran solaire a vu le jour en 300 av. J.-C.

Très tôt, l’homme s’est ainsi aidé de notre astre phare afin de mettre au point des cadrans solaires, permettant de lire l’heure grâce au jeu d’ombres produit. Estimer l’heure en fonction de la position du soleil n’est bien évidemment pas une science exacte, mais cette tradition a inspiré l’utilisation de cadrans mono-aiguille à l’avènement de l’horlogerie mécanique. Au fil des siècles, les artisans se sont cependant mis à la recherche de plus de précision, aboutissant à la création de l’aiguille des minutes et de la trotteuse telles que nous les connaissons aujourd’hui.

Cette époque pré-seconde aiguille peut encore être constatée sur bon nombre d’horloges anciennes créées jusqu’au milieu du XIII ème siècle. Celles-ci devaient être lisibles de loin, et la présence d’une seule aiguille ôtait toute confusion quant à la compréhension de l’heure. De plus, être en mesure de connaitre l’heure au quart d’heure près était suffisant pour la majorité de la population, faute d’être habituée à autre chose !

De nombreuses horloges mono-aiguilles d’hôtels de ville et d’églises subsistent encore de nos jours.

La singularité de ces cadrans mono-aiguille soulève quelques judicieuses questions au XXIème siècle : Cherchons-nous encore de nos jours une précision optimale ? Nos montres sont-elles toujours des instruments, ou plus simplement des parures ? Dans quelles circonstances est-il vital de pouvoir lire l’heure à la minute près ?

Il est de plus en plus rare de ne pas être en présence d’horloges synchronisées à l’heure atomique : sur nos ordinateurs, nos téléphones portables, à l’aéroport, la gare ou encore l’arrêt de bus… Est-il si important que nos montres atteignent le même degré de précision ? Une montre mono-aiguille ne nous permettrait-elle pas de revenir vers la simplicité d’un temps où l’existence était moins frénétique ?

Ce modèle indiquant minutes et secondes fut créé par Thomas Tampion en 1682. De tels garde-temps étaient alors avant-gardistes et ne devinrent le standard de l’industrie que plus d’un siècle plus tard.

La précision des horloges s’améliora avec le temps, et celles qui étaient connues pour perdre jusqu’a 30 minutes par jour vinrent à être si précises que des intervalles de 5 minutes furent créés sur les cadrans. En parallèle, les horlogers développèrent une seconde aiguille et une trotteuse afin de célébrer cette fiabilité nouvelle.

Exemples de montres mono-aiguilles

Breguet

Abraham-Louis Breguet crée en 1797 une des montres de poche mono-aiguille les plus réputées : La Souscription. Le concept était de créer une montre qualitative et fiable, payable via un système de souscription (un versement de 25% du prix était alors demandé).

A l’inverse de ses autres créations, il souhaitait proposer un modèle épuré et facile à entretenir. Il créa pour ce faire un mouvement à barillet central, alimentant un cadran imposant (60mm !) gradué de 5 en 5 minutes qui permettait de lire l’heure précisément, malgré la présence d’une unique aiguille.

Ce modèle fut vendu le 12 août 1803 à un ambassadeur espagnol pour 600 francs, soit 3 fois le salaire annuel moyen de l’époque !

D’autres marques prestigieuses telles qu‘Audemars-Piguet, Vacheron Constantin ou Jaquet Droz perpétuent cette tradition en sortant de nombreuses éditions limitées ou modèles permanents reprenant l’usage d’une aiguille unique.

Audemars Piguet

La manufacture Audemars Piguet propose quant à elle le modèle pour femmes Philosophique ,clin d’oeil à leur première mono-aiguille du même nom commercialisée en 1982.

La marque déclare : “Cette montre offre aux femmes une nouvelle approche du temps qui passe, grâce à sa mono-aiguille qui défie les conventions contemporaines de la mesure du temps.”

Cette montre ovoïde pousse d’ailleurs le concept encore plus loin, disposant d’un module additionnel des plus curieux : l’aiguille suit un mouvement en ellipse afin que sa pointe soit toujours à même distance de la lunette. Au niveau des finitions, le cadran est sublimé d’une texture martelée tandis qu’un saphir bleu est incrusté dans la couronne. Nous sommes définitivement sur le territoire de la haute horlogerie, et son prix de 30.000 euros ne manque d’ailleurs pas de nous le rappeler !

A l’inverse des modèles que nous avons vu jusqu’à maintenant, celui-ci ne s’encombre pas d’indices précis permettant une lecture juste de l’heure, mais prône volontairement une lecture du temps approximative. Côté marketing, le discours devient ainsi “le temps m’appartient” et le modèle se veut être une “ode à la liberté et à l’individualité “. Un beau résumé de la philosophie derrière les montres mono-aiguille, qui ne sont d’ailleurs pas cantonnées à l’univers de la haute horlogerie comme en attestent les exemples suivants.

Luch

On mentionne bien peu souvent la Biélorussie lorsqu’on parle horlogerie.Ce pays de moins de 10 millions d’habitants est pourtant depuis 1953 le berceau d’une manufacture de montres des plus intéressantes : la Fabrique Horlogère Minskoise. Ses marques phares étaient à l’époque Zarja et Luch, puis plus tard Sekonda et Corsar pour les exports anglais et allemands.

L’entreprise fut l’une des rares survivantes de la crise entrainée par la chute du régime communiste, et n’a cessée de croitre en popularité depuis.Elle emploie de nos jours plus d’un millier d’employés et continue à produire des montres alimentées par des mouvements manufacture sous le nom Luch.

Probablement la meilleure montre automatique que vous pouvez acheter avec un billet de 50 !

La simplicité des mouvements ainsi que leur production de masse permet des économies d’échelle conséquentes qui entrainent des prix de vente accessibles. De nos jours, leur modèle phare est une montre mono-aiguille à remontage manuel commercialisée à seulement 50 euros.

Le modèle est équipé du calibre 1801.1, mouvement utilisé depuis plus de 40 ans par la firme. Il annonce une réserve de marche de près de 40h ainsi qu’une tolérance de -40/+85 secondes par jour : pas des plus précis, mais dur de se plaindre à ce prix là ! Son design est basé sur l’Urofa 542 (aussi appelé Dugena 814), datant des années 30 (comme quoi, on ne change pas une équipe qui gagne !). Malgré sa précision aléatoire, il s’agit tout de même du mouvement le plus compact jamais produit par l’industrie horlogère russe.

MeisterSinger

Depuis sa création par l’entrepreneur Manfred Brassler en 2001, MeisterSinger s’est spécialisée dans la création de montres mono-aiguille. Le premier modèle lancé fut très sobrement intitulé “N°01“, une montre sans fioriture permettant de lire l’heure à cinq minutes près. La firme allemande a depuis élargi sa gamme en développant plusieurs complications, -allant du traditionnel day/date à l’affichage GMT – tout en restant fidèle à sa volonté de proposer des modèles mono-aiguille.

Choisir de ne proposer que des montres mono-aiguilles aux alentours de 1000 euros était un pari osé, pourtant gagnant étant donné que l’entreprise va bientôt fêter ses 20 ans !

Clin d’oeil à sa philosophie, l’entreprise utilise comme logo un point d’orgue, symbole désignant une pause en solfège : ils souhaitent ainsi que l’on reconsidère la lecture du temps et le besoin de toujours plus de précision, au profit d’une vision plus laxiste et décompexée de l’heure !

Les montres mono-aiguilles rappellent de manière enjouée la genèse des montres et horloges mécaniques, et plairont aux amateurs à la recherche de quelque chose de différent et de relativement confidentiel. A une ère où la précision des mouvements n’est plus nécessairement un critère d’achat décisif, cette approche pourrait devenir plus populaire dans le futur, au grand bonheur des moins conformistes !

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.