Mouvement générique ou maison?

Qu’est ce qui justifie le prix d’une montre? Certains vous parleront de la qualité des finitions, du polissage, des matériaux utilisés pour le verre et le cadran, de l’image de marque, du type de métal… Tout cela est juste, mais à l’image du moteur d’une voiture, le mouvement reste toutefois le composant le plus onéreux de la majeure partie des montres.

Certaines caractéristiques d’une montre sont faciles à appréhender: Il apparaît clair qu’une montre présentant 200m de résistance aquatique certifiée ISO a un avantage commercial par rapport à une montre n’ayant que 30m. Autre exemple: Un verre saphir sera toujours plus qualitatif qu’un verre acrylique.

Lorsqu’il s’agit des mouvements cependant, la confusion est souvent de mise: Calibre maison, Sellita, Miyota, Valjoux, ETA modifié… Comment s’y retrouver, et comment quantifier si la montre que vous désirez a un bon rapport qualité/prix?

L’un des exemples les plus frappants à ce sujet concerne le mouvement ETA 2892 présent dans de nombreux modèles d’IWC. Ces modèles étaient commercialisés en moyenne à plus de 4000 euros et valent de nos jours environ 2000/3000 euros. Ce mouvement est considéré “générique”, ce qui veut dire que les entreprises l’achètent à l’entreprise ETA, puis, l’insèrent dans leurs montres, parfois à la suite de certains ajustements. IWC, après de légères modifications, rebaptise ce mouvement “calibre 30110”.

Quelques modèles d’IWC commercialisés avec un ETA 2892 modifié, rebaptisé IWC 30110.

Ce même mouvement peut cependant être trouvé dans bon nombre de montres aux alentours de 1000-1500 euros, et même dans la Zelos Swordfish pour… 600 euros. Bien entendu, IWC propose un haut degré de finition, de contrôle qualité sur ses mouvements et des matériaux plus travaillés. Cela justifie-t-il la différence de prix pour un produit dont la base est intrinsèquement la même?

La Zelos Swordish affiche 300m de résistance à l’eau, un verre saphir et un mouvement ETA 2892 pour 640 USD.

Le débat se complique lorsque nous ajoutons à l’équation les mouvements “maison”, développés à 100% par les entreprises pour leurs propres montres.

De nos jours, la plupart des marques qui ne commercialisent pas des produits premium/luxe n’utilisent pas de calibre maison.
Certaines marques développent à la fois des mouvements maison et en achètent d’autres à des tiers-parti, comme Omega. Ils utilisent des mouvements commercialisés par Lemania et ETA, et créent aussi leurs propres calibres pour les séries 8XXX et 9XXX.
Enfin, certaines marques telles que Zenith et Seiko développent l’intégralité de leurs mouvements, jouissant de plus de 60 ans d’expérience dans ce domaine.

Seiko créé son premier mouvement 100% maison en 1956 et le commercialise dans le modèle Marvel.

Même les marques les plus luxueuses telles qu’Audemars Piguet ou Vacheron Constantin ne fabriquent pas toujours leurs propres mouvements. Par exemple, le calibre 1142 chez Vacheron est en réalité un Lemania 27-70 modifié.

Vaut-il mieux un mouvement générique ou maison?

Les amateurs de montre ont souvent la conception erronée qu’un calibre maison prévaut toujours par rapport à un mouvement acheté à un tiers parti. Cela est principalement dû à une pirouette Marketing de l’industrie Suisse.

Dans les faits, aucune loi ne régit la dénomination de calibre maison. Une entreprise peut donc modifier à 20%, 30% ou 100% une base de mouvement et décider que le calibre est fait maison. Il est par ailleurs concevable de recréer entièrement le design d’un mouvement existant dans ses usines et de commercialiser cette copie en tant que “mouvement maison”.

Le calibre 1887 de Tag Heuer a provoqué de nombreux débats. Fièrement commercialisé comme un calibre maison, il s’agit en réalité d’un Seiko TC78. Tag Heuer a en effet acheté les droits à l’entreprise nippone et “oublié” de le mentionner auprès de ses acheteurs.

Un mouvement maison peut par ailleurs avoir une précision inférieure à un mouvement générique. Le très connu Seiko 6R15 indique une précision de -15/+25 tandis qu’un ETA 2824-2 annonce -7/+20 secondes par jour (et bénéficie d’un stop seconde ainsi que du remontage manuel). Ces modèles se retrouvent respectivement dans la Seiko Alpinist (SARB017) à 360 euros et la Hamilton Khaki Field à 420 euros. Il est donc clair que le mouvement générique ETA est plus performant que le mouvement maison de Seiko, dans une gamme de prix équivalente.

Cet exercice peut être répliqué pour de nombreux modèles, nous montrant bien que la réelle discussion autour d’un mouvement réside dans ses caractéristiques et non pas sa provenance. Nous devons par ailleurs considérer que tous les horlogers pourront régler et réparer un mouvement générique (ETA ou similaire), tandis qu’un calibre maison devra la plupart du temps être envoyé auprès de la marque (manque de disponibilité des pièces etc…), souvent menant à des frais d’entretien plus élevés. Par ailleurs, le coût de développement d’un mouvement maison sera répercuté sur le prix final d’une montre.

En conclusion:

Vous trouverez sur les forums de passionnés certaines conversations indiquant pourquoi les calibres maisons sont supérieurs aux calibres génériques; cela n’est pas fondé. Comme toujours lorsqu’il s’agit de produits de haute technicité, il convient de faire ses propres recherches. Les caractéristiques de tous les mouvements peuvent être trouvées sur de multiples sites, vous permettant une base de réflexion.

Voici quelques points à considérer lorsque vous étudiez le mouvement d’un produit qui vous intéresse:

  • Précision: Indiquée en secondes gagnées et perdues /jour.
  • Réserve de marche: Temps que peut continuer à fonctionner le mécanisme d’une montre mécanique sans que celle-ci ne soit remontée ou portée.
  • Stop seconde: Fonction arrêtant l’aiguille des secondes pendant que vous réglez l’heure.
  • Remontage manuel: Certains mouvements automatiques permettent le remontage manuel en complément, prolongeant la durée de marche si vous la portez peu.
  • Certification COSC: Le graal pour un mouvement chronomètre est d’obtenir cette certification, indiquant que la montre respecte la norme ISO 3159 et garantissant un très haut degré de précision.
  • N’y accordez pas plus d’importance que nécessaire: Je suis un fervent défenseur de l’idée que nous devons comprendre ce que nous achetons afin de donner du sens à notre consommation. De cette manière, nous sommes les plus à même d’effectuer des achats que nous ne regretterons pas, et surtout qui ne déprécient pas au fil du temps. Cependant, la précision d’une montre ou la robustesse de son mouvement sont pour certaines personnes des critères peu décisifs dans le processus d’achat. Après tout, personne ne roule en Smart pour ses performances moteur!

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.